Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



Un été sans les Hommes

978274279722601205634.jpg

Siri Hustvedt
ISBN: 9782742797226 (Actes Sud)

Boris a quitté Mia pour une autre femme qu’on appellera « La Pause ». Mia ne connaît pas vraiment les raisons de son départ, coup de coeur ou coup de tête, par simple ennui ou par manque d’amour. Sombrant dans une espèce de démence qui la conduira aux urgences, elle finit par se réfugier auprès de sa vieille maman. C’est là bas, entre des cours de poésie à une poignée d’adolescentes et des clubs de lecture avec les amies de sa mère, qu’elle va faire le point sur sa vie, sur ce qu’elle a vécu, ce à quoi elle aspire. Elle rencontrera une vieille femme un peu folle qui brode des scènes olé olé derrière des vêtements aux allures toutes bêtes; une voisine un peu débordée par sa vie de famille, un mari absent et des enfants lovés dans leur monde imaginaire. Mia s’attachera à ces gens, elle cherchera de l’amour ailleurs, puisque Boris ne veut/peut plus.

C’est un joli roman qui tire un peu sur l’essai, et des personnages vraiment très attachants.

.
 

Arlington Park

 

arlingtonpark.jpg

 

Rachel Cusk
ISBN :  9782757810064 (Points)

Très déroutant. Je pensais rire un peu comme quand je regarde Desperate Housewives, mais pas du tout. Il s’agit d’un groupe de femmes relativement aisées qui vit dans un quartier banal de riches. Ça n’empêche ni la pluie de tomber, ni les petites filles de se faire enlever. Pendant 24h on suivra ces femmes dans leur vie personnelle. Faisant du shopping, examinant leur silhouette avec un oeil critique, se maquillant ou mijotant un dîner pour quelques amis du quartier. Nous rencontrerons messieurs leurs maris, tout a fait respectables, mais nous verrons bien le clivage homme-femme. Au bord de la crise de nerfs, elle le sont toutes. Même au volant d’un 4×4 tout puissant, les enfants font leur cirque et les seins tombent avec les années. L’argent n’y peut rien. Elles ne se sentent pas grand chose, pas tellement aimées. J’ai un vrai gros doute sur la fin du bouquin. Étant donné que Rachel Cusk dégomme les clichés des familles aisées et heureuses en tout, dénonçant que les apparences sont souvent trompeuses, je me demande ce que Joe a prévu de faire…

Quelques extraits qui m’ont bien plus :

 

« C’était une chanson de Van Morrison – quelqu’un qu’elle connaissait la jouait souvent à la guitare. Puis, tel un petit éclair fourchu, son souvenir illumina son propre parcours instantané le long des sentiers tortueux menant dans la caverne de la mémoire. Elle se rappela un garçon, qui fut son petit ami pendant un moment, qui jouait cette chanson à la guitare. Elle avait dix-huit ou dix-neuf ans – elle se rappelait qu’elle portait un jean si usé que ses genoux maigres se voyaient au travers, assise en tailleur sur le sol. Elle était assise en tailleur sur un tapis, triturant un collier de perles qu’elle portait autour du cou. Elle se rappela une pièce éclairée, et la musique, et la sensation de tension et de faim que lui donnait son jeune corps. Comme il était étrange qu’elle l’ait oublié! Comme il était étrange qu’il ait été là tout le temps, ce souvenir, vivant et intact mais enfoui, caché, comme l’enfant dans son ventre! »

 

« Il y a cent ans de cela une femme savait que sa vie serait finie à l’instant où elle serait enceinte. Mais Juliet avait pensé que cela nécessitait un certain degré d’intelligence, qu’il y avait là dedans quelque difficulté. pendant un temps elle avait attaché du prix à l’idée d’une maison, d’un mari et d’enfants, comme ci ces choses étaient rares, comme si elles représentaient un nouveau raffinement de l’expérience humaine. Puis elle les avait eues, et elle commença a sentir le plomb s’installer dans ses veines, un peu plus chaque jour. Le jour où elle avait compris que si elle n’allait pas acheter à manger il n’y aurait rien dans la maison, le jour où Benedict était revenu du travail, une semaine après la naissance de Barnaby, et qu’elle avait compris qu’il faudrait qu’elle s’occupe de lui seule; les fois innombrables où une tache domestique lui était échue, de sorte qu’elle avait acquis de l’expérience et préféré s’en charger parce que c’était plus facile que de le demander à Benedict – tout cela était surprenant pour elle, scandaleux presque. »

.
 

Les trois lumières

Claire Keegan
ISBN : 9782848050959 (Sabine Wespieser)

Un tout petit texte à lire rapidement. Une petite fille est emmenée par son père, un jour sans prévenir, chez ses grands parents qu’elle ne voit jamais. Sa mère est enceinte et visiblement la famille est fauchée comme les blés, alors ils se débarrassent de la gamine pour l’été. Et c’est un été magique dans une maison saine avec des gens normaux qui l’aiment vraiment, qui s’attachent bien vite à elle. Il y a quelques rituels qui rendent la vie plus belle (il sera question de Weetabix, de course à la boite, de puits, de matelas qui suintent). La petite fille reprendra confiance en elle, grandira beaucoup, dira oui au lieu de ouais.
Et il faudra bien finir par rentrer.

C’est très joli, de se laisser emporter et calmer comme la petite fille du livre. De se laisser rassurer.

.
 

Le club des baby sitters

97820705081810215555.jpg

Ann Mary MARTIN
ISBN : 9782070632497 (Gallimard)

Petite, lorsque je n’avais absolument rien d’autre à faire que de lire, je dévorais cette série « le Club des Baby sitters » avec délectation. Ce que je n’aimais pas c’était qu’à chaque début de bouquin ils te rappelaient comment le club avait été créé, par qui, pour qui, pourquoi. C’était frustrant, moi je savais déjà ça, je voulais juste connaître les dernières aventures de Kristy, Marie-Anne, Claudia, Lucy, Mallory…Ce groupe de copines ont créé un club de baby sitting, elles se réunissent chez Claudia le soir parce que c’est la seule qui possède sa propre ligne de téléphone, et ma foi leur affaire roule plutôt bien! On nous raconte les histoires de baby sitting, mais aussi et surtout les histoires perso des filles, chacune et un peu plus mise en avant à chaque bouquin. Ce qui est chouette, c’est qu’on s’identifie rapidement a l’une d’entre elle.

Pendant longtemps les bouquins n’ont plus été disponibles, et Gallimard les a ressorti avec trois histoires dans un seul volume.Surprise! je viens de voir que ça existe aussi en bande dessinée! J’ai commandé, je vous dirai ce que ça donne ;)

.
 

Auprès de moi toujours

kazuoishiguroaupresdemoitjs305x500.jpg

 

Kazuo Ishiguro
ISBN : 9782070341924 (folio)

Nous suivons trois enfants pendant leur évolution au sein d’une école un peu spéciale, protégée de tout et du monde extérieur en particulier. On se demande un peu pourquoi leur bien-être est tellement préservé, il est plus ou moins question d’une entreprise à des fins médicales, il faut que chacun soit en bonne santé pour donner ses organes peut-être? C’est très flou (ou alors c’est moi qui n’ai rien compris). Certains élèves sont destinés à subir ces traitement médicaux, d’autres seront des accompagnants, afin de les aider. C’est le regard de Kath qui porte le livre, c’est elle qui plus tard sera une accompagnante, et le sera pour une des ses vieilles amies de Hailsham, ce qui la fera beaucoup réfléchir. Evidemment il y a une petite histoire d’amour, ça aide. Il y a un idéal de liberté qui couvre cette histoire, et une virée en voiture interessante à la rencontre d’un clone, semble-t-il (ok, c’est decontextualisé, les gars). Il est question aussi du regard de chacun : pas toujours facile de vivre entre enfants, sans affection parentale, sans personne pour répondre aux questions inévitables qu’on s’est tous posés un jour, en particulier en ce qui concerne le sexe, ici.

C’était prenant, plutôt joli, malgré ma difficulté de compréhension (je déteste la SF, et je crois qu’on la frise un peu, ici).
C’est adapté en film avec Keira Knightley.

.
 

Libfly, la bibliothèque communautaire

Fabuleux!

Lorsque tu t’inscris sur Libfly, en tant qu’anonyme, libraire ou bibliothécaire, tu peux créer ta bibliothèque en ligne, annoncer quels sont les livres que tu as lu, ceux qui t’intéressent, éventuellement prêter tes livre, publier des critiques, en bref : échanger sur tes lectures. Quand tu t’actives, tu gagnes des points, que tu peux transformer en chèque lire, et si vraiment tu t’impliques beaucoup, tu entres au club libfly, et tu reçois, chez-toi, des services de presse. Alors, c’est pas fabuleux?

Clique donc, va y jeter un oeil.

Ps : tu peux aussi participer au concours épistolaire « Mon libraire est formidable ». Tu lui écris une petite lettre pour lui dire combien tu l’aimes ;)

 

.
 

respiration |
Bovary, prénom Charles |
Respiration-1 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un blog réservoir
| A propos
| respiration2