Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



Bonjour Tristesse

Françoise Sagan
ISBN : 9782266195584

Voilà un moment que je voulais m’y mettre, à Bonjour Tristesse. C’est vrai que parvenir à écrire un petit roman comme celui là a l’âge de 19 ans relève de la prouesse. Ce n’est pas de la grande littérature, l’histoire n’est pas folle, pas de suspense, non, mais ça se laisse lire,et c’est bien tourné.
Cécile a 17 ans, elle est en vacances avec son père et sa nouvelle copine toute jeunette. Et puis Anne, la belle Anne, arrive, évince la jeunette,  fait main basse sur le père un peu coeur d’artichaut, et vient ruiner les vacances. Cécile s’éprend d’un garçon, et Anne la force à bachoter, alors Cécile se venge. Et paf. On ne se rend pas compte des proportions que ça peut prendre, ce petit jeu là.
Plongée dans les pensées d’une jeune fille de 17 ans; ni enfant ni adulte, première nuit d’amour, premiers sentiments, une place de femme à trouver, et premiers regrets du temps qui passe et éloigne les nounours, l’école et les bonbons.

.
 

Céline’s Band

978222112584701195110.jpg

Alexis Salatko (Robert Laffont)
ISBN : 9782221125847

Sur le modèle de Guignol’s band (troisième roman en deux parties de Céline, après les mésaventures des pamphlets de la honte), Salatko nous raconte de façon romancée les amitiés de Ferdinand Destouches. C’est un vieux Max porteur d’un crabe et proche de la fin, qui revient sur sa jeunesse, ses fréquentations, Gen Paul, Marcel Aymé, Céline et sa fuite au Danemark. On nous parle des femmes de chacun, des personnalités, des disputes, chaque homme ayant considérablement influencé les productions des autres, qu’il s’agisse de peinture ou d’écriture.On verra que personne n’était jamais d’accord avec Céline mais qu’on le respectait plutôt bien malgré tout.Il y a un petit morceau qui m’a fait bien rire, parce que moi, dans Céline, ce que j’aime, c’est son côté vieillot bourru, protecteur des animaux, renfermé, renfrogné, comme si personne ne le comprenait, comme si seul lui se suffisait. Il ressemble à Paul Léautaud, un grand personnage, lui aussi (Je termine Amours et je vous en reparlerai).

Et Léautaud écrivit à Céline(peut-être hein, on sait pas si c’est pour de rire) :

« Mon cher Céline,
Ils finiront par vous liquider, et vous l’aurez bien cherché et je ne verserai pas une larme, mais la proposition que je vous ai faite en 1944 tient toujours, quand vous serez au fond du trou, je suis prêt à recueillir Bébert (le chat, ndlr) qui seul m’importe. »

Haha! Un roman chouette, une écriture qui ressemble parfois à celle de Céline, en tout cas un vocabulaire proche du sien, qui rend le bouquin pas con du tout, en plus d’être une immersion intéressante dans les personnage des années 40.

.
 

respiration |
Bovary, prénom Charles |
Respiration-1 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un blog réservoir
| A propos
| respiration2