Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



Le livre des choses perdues

John Connolly
ISBN : 9782290027455 (J’ai Lu)

[Grand prix Imaginaire 2010 Etonnants Voyageurs ]

Le livre des choses perdues dans Jeunesse livre-le-livre-des-choses-perdues-185x300

Je ne lis pas de littérature de l’imaginaire. Jamais. Je n’aime pas l’improbable, ce qui est trop loin de la vraie vie. Ca ne me fait pas rêver ni ne m’émeut, parce que je sais que ça n’arrivera pas (Terre a terre je suis). Je ne lis pas non plus de polars, trop sombre, ou violent, ou mal, je ne sais pas tellement l’expliquer. Pas que je n’aime que les bons sentiments, mais plutôt ce qui est vrai, dans le bon ou dans le mauvais, que ça dise ce que moi, je ne sais pas dire. Une lecture un peu… libératrice.
Bon, bref. La, je me suis prise au jeu. Les Echos en parlent comme d’un Conte, et je suis assez d’accord. Un truc à lire morceau par morceau, le soir avant le dodo. Le héros s’appelle David (j’ai un faible pour les David), il se sent oppressé dans sa famille (ça, ça me parle), et il s’échappe un peu de son univers par la lecture. Les livres lui parlent. Un jour, il se perd dans ses aventures littéraires. Il se retrouve dans un monde fantastique peuplé de bucherons, de chevaliers, de bestioles gluantes, de troll et j’en passe. Il va vivre des aventures sensées l’aider à combler quelques manques affectifs et résoudre un petit mystère de famille.
Ok ok, c’est prenant. C’était un bon moment de lecture.

Mais les hommes-loups, franchement!! C’est pas novateur.
Et tellement improbable! (Dit celle qui, pour se rassurer, à fini par croire sa mère qui lui disait non, les monstres n’existent pas.)

.
 

Les filles de l’ouragan

Les filles de l'ouragan dans Litterature Etrangere 9782848761992_1_75-195x300

Joyce Maynard
ISBN : 9782848761992 (Philippe Rey)

Quand j’étais petite, j’ai lu Kastner, Deux pour Une. J’aimais la couverture où l’on voyait deux filles avec les cheveux tressés ensemble, et je trouvais l’histoire fun. Les filles de l’ouragan, pour moi, c’est un mix de Deux pour Une, et de La Vie est un long fleuve tranquille. On comprend vite qu’il y a un problème, on suppute avant les protagonistes, même. Ce qui m’intéressait, c’était de lire les émotions ressenties lorsqu’on se sent étranger à sa famille, différent. Les questions qu’on peut se poser, comment on s’affirme ou pas. Comment on trouve sa place et sa force personnelle. C’était une lecture divertissante, pas déplaisante, mais je n’ai pas trouvé la matière que je cherchais. Ce que j’aime, c’est les récits de vies grandissantes et les cadres/paysages bien marqués,  les environnements bien décrits. L’ambiance, les personnalités. Etre à l’aise avec les personnages. J’ai au moins eu ça, alors disons que c’était bien, mais sans plus…

.
 

Grace leur soit rendue

Lorette Nobécourt
ISBN : 978-2246760313

J’aime Lorette et elle me le rend bien. Bon, après La démangeaison j’avais un peu compris qu’elle aime parler des choses qui torturent un peu, et de sexe aussi surtout.
Une forme de vice, une façon de se faire du bien, ou du mal c’est selon. En tout cas, un truc inévitable que chacun vit à sa façon.

Là, nous suivons d’abord un couple d’écrivains, Roberto et Unica, qui se sont rencontrés à Barcelone après avoir fui le Chili sous la dictature de Pinochet, laissant famille et amis. La personnalité d’Unica est assez étrange, torturée, questionnée, incertaine, extrème. On nous décrit une femme entière qui ne l’assume pas totalement, avide de succès d’écriture, qui ne vit bien qu’à ces instants où la gloire récompense le douloureux travail d’écrire. Douleur. C’est peut-être le thème central. Et puis quand la gloire s’en va, Unica sombre. Elle en mourra, après avoir tenté d’égayer ses jours en expériences trompeuses d’ennui, en adrénaline puisée là où peu de gens s’aventurent. Roberto guérira dans un monde toujours un peu taché d’Unica, mais avec une autre femme. On suivra ensuite son fils Kola qui traine les séquelles de sa mère disparue trop tôt, et d’une famille un peu déchirée. Il tentera de recoller un peu les morceaux de famille et les morceaux de son coeur, il fera ses propres expériences, rencontrera des filles, une fille surtout. Y’a plein de sexe, parfois c’est moche tellement y’en a. M’enfin.
C’est un peu le livre du « moi ». Comment gérer son « moi » avec toute la misère des autres dont parfois, fatalement, on ne peut pas se défaire. C’est le roman du « faire-face ».
« J’aurais besoin de pleurer, mais de pleurer si longtemps que je ne peux pas me permettre de commencer »
« Je t’aime pour toujours, mais je ne t’aime pas tout le temps »

En plus chez Grasset, page 32, y’a un super jeu ou il faut inscrire en une colonne 24 mots, puis les réunir deux pas deux à la suite encore et encore jusqu’à ce qu’il n’en reste que 3 : le premier symbolise un rapport à la vie, le deuxième à l’amour, le troisième à la mort.

Bref, Lorette je t’aime, un peu moins sur En nous la vie des morts, mais sur celui là, ouai.

.
 

Paris vs New York

Vahram Muratyam
ISBN : 978-2264056306

En voilà un livre qu’il est beau!
10/18 publient et je le découvre bien en retard… Mais je me rattrape, et en plus je l’achète.

Exactement le genre de livre que j’aime, les illustrations sont magnifiques, et font un parallèle sur chaque page entre un détail de new-york contre un détail de paris.
On trouvera le French Cancan vs Lady Gaga, Godard contre Allen, Proust contre Salinger… Et le papier sent bon (ou pas, c’est selon chacun).
C’est simple et efficace. Un petit cadeau de touriste, un petit bouquin de plus dans la bibliothèque, une anecdote qu’on aime feuilleter de temps en temps, comme Clotaire se déguise.

Paris vs New York dans BD paris-vs-ny-bobohipster-300x231

En plus y’a mon homme en version stylisée, dedans :)

.
 

le dos crawlé

Eric Fottorino
Gallimard

1976, une autre mode, d’autres moeurs, moins étriquées qu’aujourd’hui, des enfants libres d’imaginer l’Afrique en toute insouciance sans penser famine ou Sida, libres d’aller seuls à la plage sans craindre un pervers ou un voleur d’enfant, des amours de vacances a demi-mots . Les vacances à la mer, et des beignets à l’abricot : tout pour me plaire.

Le style de Fottorino, à travers le langage de Marin, le héros, s’approche parfois de celui bien connu du Petit Nicolas, c’est léger et savoureux. Surtout pour les jeux de mots involontaires. L’une des scènes de la fin où il est question d’un écureuil roux et d’une perle de culture (…) pourra choquer un tantinet, mais après tout, un homme n’est rien qu’un homme. Qu’on se le dise bien.
L’histoire selon moi, il n’y en a pas vraiment. Juste la rencontre de personnages hauts en couleur, et les questions inévitables d’un garçon de 13 ans. C’est les vacances, laissons nous porter.

Ps : pas de couv’, c’est encore la blanche de Gallimard, on la connait.
PS 2 : Vais-je lire ou ne pas lire les derniers prix? telle est la question.

.
 

Simon’s Cat

Nous avons différents supports.
Deux livres classés au rayon BD, des vidéos aussi.

Tous les gens qui ont des chats vont se reconnaître et normalement, aimer. Ce n’est pas nouveau du tout,mais je voulais le partager.

Le chat de Simon est chiant comme tous les chats, et on l’aime comme tous les chats. Il piétine la nuit exprès pour nous réveiller, il passe devant la télévision en prenant toute la place pile quand le but est marqué, il a faim tout le temps, couine après les oiseaux, s’effraye de peu et quand il sort veut aussitôt rentrer.Ces petites anecdotes sont croquées avec humour. Enjoy.

Image de prévisualisation YouTube

.
 

Charley Harper, an illustrated life

Todd Oldham

Rue de Charonne, il y a The Lazy Dog, une petit boutique qui vend deux-trois objets design, et tout un tas de bouquins d’illustration, de design, de street art et même de mode.
Là bas l’Homme et moi avons fureté, et je suis tombée sur un bouquin énorme mais fabuleux : les illustrations de Charley Harper. Ok, j’ai un truc en ce moment avec les dessins un peu old school. Il est cher ce livre, mais il est beau. Tapotez Charley Harper sur Google et vous trouverez ses dessins (souvent des animaux encore une fois), très graphiques et très jolies couleurs.

Et puis cotisez-vous pour mon Noël s’il vous plaît. Critiques Livres pour la Distribution, Ammo pour l’éditeur, cher pour le prix. (Mais il existe aussi en petit!!)
Hauts les coeurs.

limp20on20a20limb.jpg

.
 

Ecrire est une enfance

J’avais écris une super critique et pouf, tout s’est effacé. Je ferai court donc : c’est chouette, encore.
Delerm, j’essaye toujours de tout lire, sauf quand il est question de vélo, je sais pas, ça me botte pas.Mais cette fois les petits instants de bonheur, on n’en parle pas, ou alors vite fait parce que quoi qu’il arrive on les aime trop. Ce livre là est en pîle sur la table des essais. Philou d’amour revient sur son enfance, sa vie entourée d’instituteurs, sa vocation et ses propres méthodes (j’aurai adoré l’avoir comme prof, bien que Messieurs Cardat et Nicolaon roxaient du poney) ses tatonnements, sa difficulté à imposer un style simple, épuré mais qui passe vachement bien. Il nous parle de cinéma, de musique, de ses potes auteurs (Le Clézio, D’Ormesson), de sa femme Martine et de ses dessins. De leur vie en Normandie. De ceux qui l’ont influencé (Renard, Léautaud petit coeur). Et, même à un moment, il nous parle de Vincent chéri.Alors ça ne pouvait que me plaire.Cette famille, je l’aime d’amour. Et puis Philou me donne envie de lire du Le Clézio malgré l’échec cuisant de La Ronde et autres faits divers, jadis. Il est fortiche.

9782226229823.jpg

.
 

Droles de Betes

André Hellé
Editions MeMo

André Hellé fut considéré par Apollinaire comme étant l’un des précurseurs du cubisme, c’est pas rien. Les editions MéMo publient à nouveau un livre géant (j’adore!) dont la première édition date de 1911, et qui nous présente, texte et illustration, quelques animaux vachement bien dessinés (coup de coeur pour le singe et l’éléphant).Donc oui, on est encore dans le rayon jeunesse , et oui, il est encore question d’animaux, toutes mes confuses.
Mais c’est trop cool. Et ca a du charme à l’ancienne. Parfait. Googlisez donc son nom et vous verrez par vous-même.

final.gif

.
 

Le bestiaire du Gange

Poèmes classiques tamouls
ISBN : 9782742798704 (Actes Sud junior)

Coup de Coeur jeunesse!
Pas d’histoire, des petites phrases comme des haïkus mais surtout surtout, une illustration magnifique (sérigraphiées à la main)
Regardez donc ça :


bestiaire1.jpg

tortue.jpg

.
 
12345...9

respiration |
Bovary, prénom Charles |
Respiration-1 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un blog réservoir
| A propos
| respiration2